Sortie mensuelle – 2 Août 2009

Compte rendu de la sortie du 02 Août 2009

Pour cette sortie, comme vous avez pu vous le constater, j’avais émis un vibrant appel au peuple pour venir me seconder dans la lourde tâche de la reconnaissance.
Seuls Gwen et Pierre ont répondu favorablement, ce qui nous a permis de passer une superbe journée.
Comme la présentation de la balade a été appréciée, une nouvelle fois un joli petit groupe s’est constitué. Jugez plutôt. Se présentent, à l’heure, sur le parking de Mac Do à Grasse:
– la famille Laugeois au complet, à savoir Annick, Benoît et une nouvelle fois Julie sur sa splendide moto
– Mumu et Jean Marc
– Nat et Manu
– Valérie et Alain
– Francis
– Alain
– Bruno
– Gloria et Pierre
– Gwen
– Yves (c’est avec un immense plaisir que nous le retrouvons parmi nous après sa longue absence)
– Votre serviteur accompagné de Danièle
12 motos donc pour 18 personnes, pas mal pour un mois où les gens sont censés être en vacances.
Yeux un peu « Marie Louise » (pour ceux qui ne connaissent pas cette expression que j’ai chopée… heu… je sais plus où…, qu’ils m’écrivent je leur expliquerai…), petite mine, assurément Gwen n’est pas dans un grand jour et n’a pas trop la forme. Pour éviter tout risque, il est décidé qu’elle sera passagère aujourd’hui (c’est sympa à elle d’avoir tenu à nous accompagner, d’autres auraient jeté l’éponge).
D’un naturel optimiste et confiant, bien que j’aie consulté la météo la veille nous annonçant des trombes d’eau, je me dis que la fée motarde qui veille sur nous nous épargnera les orages.
Hélas, force est de constater que la belle lumière qui nous avait accompagnés lors de la reco nous a définitivement abandonnés, tout du moins pour le début de notre sortie.
Après une montée sur St Vallier sans problème, plus on se dirige vers Castellane, plus le ciel s’assombrit, jusqu’à finalement être zébré d’éclairs. Toujours confiant (ou simplement ne voulant me résoudre à l’évidence ?), je pense profiter de la pause café prévue à Castellane pour demander à la troupe le bien fondé de poursuivre sur cet itinéraire, certes prometteur, mais sans plus aucun charme si les sommets empruntés se trouvent dans la brume. Mais vu la dégradation des conditions météo je fais stopper le groupe à la Garde. Juste devant un hôtel restaurant qui a eu la bonne idée de prévoir un abri pour quelques tables de l’autre côté de la route. Abri salvateur s’il en est, car le temps de revêtir nos chères combinaisons de pluie (Eh oui, le temps de discuter un peu sur la poursuite de la balade, la pluie, et même la grêle nous ont rattrapés).
Nous profitons donc au passage de cet arrêt forcé pour prendre un café et apprécier à sa juste valeur l’excellence du service de ce restaurant : c’est en effet Gloria qui se charge de nous amener les précieux breuvages (et qui plus est, elle nous fait goûter un délicieux quatre quart).
Devant le peu d’enthousiasme de certains à poursuivre dans cette direction, j’improvise donc un nouvel itinéraire, proposant à tous de découvrir Bargème, charmant village médiéval et que peu connaissent. Et pour le pique nique, j’ai m’a petite idée : nous irons à deux pas de là, juste avant Comps, là même où nous avons cassé la croûte en septembre dernier.
Aussitôt dit, aussitôt fait : demi-tour donc et roulage prudent (car la route est glissante par endroits) jusqu’au Logis du Pin où nous bifurquons sur la droite en direction de Comps. Sans Yves, toutefois, qui a préféré continuer sur Castellane pour ensuite se rendre dans sa famille à Annot. Qu’il soit chaleureusement remercié, car malgré le kilométrage conséquent de la balade initiale, il a tenu à être des nôtres.
La visite de Bargème me conforte dans l’idée que l’attrait touristique d’un site s’inscrit parfaitement dans le principe de nos sorties mensuelles. Je veillerai donc à l’avenir à dénicher sans cesse des petits bijoux de la sorte.
Quelques kilomètres à peine nous séparent de notre pique nique, au pied d’un superbe pont.
Là, je prends le temps de consulter la carte pour le retour et décide de faire les gorges du Verdon par la rive gauche, à partir de Comps et de rentrer par Ampus. Ah, quelle belle idée j’ai eu là (attendez la suite, elle vaut son pesant d’or !)
Pause café au niveau du point sublime. Occasion une nouvelle fois pour certains Crapots de se livrer à leur sport favori : la mise en boîte tous azimuts…
Jean Marc et Mumu nous quittent là car ils sont attendus dans l’après midi pour bosser.
Et nous reprenons notre petit bonhomme de chemin. Comme le mois dernier, Julie est juste derrière moi. Et je trouve décidément qu’elle roule très bien.
La circulation, relativement dense en cette période estivale, nous oblige à une certaine concentration. Mais cela nous laisse au moins le temps d’admirer le paysage. Et enfin nous arrivons à Ampus où je décide de faire une pause rafraîchissement. Sur la place de ce charmant village, il y a un bar fort sympathique dont le serveur est une attraction à lui tout seul. Jugez plutôt, prise de commandes avec force jeux de mots, et surtout, par la suite intermède musical (si tant est que sa prestation puisse être qualifiée de musicale…).
Me souvenant que, lors d’une précédente reco ou lors d’une balade seul, j’étais arrivé là par hasard (en fait pas tout à fait), et que j’avais trouvé cet olibrius amusant la galerie au son du clairon, j’ai la bonne idée de lui glisser à l’oreille s’il n’a pas son clairon aujourd’hui. Et le bougre de me répondre qu’il a mieux que ça ! Et le voilà parti pour revenir quelques instants plus tard avec un cor de chasse dont il nous gratifie de notes plus ou moins discordantes. Ce qui bien évidemment provoque l’hilarité générale, et surtout de certaines en particulier, n’est-ce pas Nat, Danièle et Gwen. C’est la première fois que je vois Nat dans un état pareil, et pour ceux qui n’ont jamais assisté à ce spectacle, franchement ça vaut le coup d’œil (cependant je pense que son sphincter a dû être mis à rude épreuve, tant elle était morte de rire…).
Après ce show improvisé, nous reprenons nos montures pour descendre tranquillement sur Draguignan pour un arrêt ravitaillement et ensuite nous prenons la direction de Grasse.
N’ayant pas fait de partie « plaisir » dans l’après midi, les démangeaisons d’Alain ont raison de sa patience, je le retrouve bientôt dans mes rétros. Bien évidemment j’accélère un peu, mais comment lutter avec une hyper sport, très bien pilotée qui plus est (et aujourd’hui, j’ai charge d’âme…) ? C’est donc comme une balle que je le vois me doubler, pensant même qu’il nous quitte là pour rentrer plus vite chez lui. Pourtant quelques kilomètres plus loin il est sagement arrêté à nous attendre.
Tranquillement, nous regagnons le parking de Mac Do où Gwen a laissé sa moto.
Séparation du groupe, satisfait une nouvelle fois d’avoir passé une excellente journée à moto.
J’entraîne cependant quelques irréductibles (les Laugeois, Pierre et Gloria, Alain et Valérie) à ma suite pour un dernier verre sur la place de Mouans.
Si le temps le permet, en septembre, nous essaierons de faire ce qui était prévu aujourd’hui.
A bientôt donc.

Publié dans Comptes rendus des sorties des Flying Crapot's.