Sortie du 17 janvier 2010

Salut à tous

Pour cette première sortie 2010 je vous rédige mon premier compte rendu.

L’organisation de cette virée aura été chaotique.
La reco faite en 2 fois pour cause de météo très défavorable sera quand même assurée jusqu’au bout du tracé imaginé.
Merci donc à Yves, Alain et son Vmax, Jean Marc, Mumu et Francis de m’avoir accompagné pour ce prologue en 2 temps.

Malheureusement les dépressions se succèdent et la balade prévue le dimanche 10 janvier sera repoussée au dimanche suivant.

Trois téméraires, j’ai nommé Benoît, Patrick et Mathieu tenteront néanmoins l’aventure le 10, ils seront contraints à l’abandon pour cause de verglas et de neige à …Fréjus, un comble !

Rendez vous donc le 17 sur le parking de Géant Casino de Mandelieu.

Là me rejoignent, Yves, Alain et son Ducat. Hypermotard, Benoît, Mumu qui a troqué son Z750 contre un Speed Triple Flambant, l’inébranlable Jean Marc que nous avons le plaisir de voir arriver avec une charmante passagère en la personne de la blonde Nathalie dont le pilote régulier Yanick doit déclarer forfait pour cause de mal au dos et enfin votre narrateur, Manu accompagné de SA non moins charmante mais brune, Nathalie.(c’est bon j’ai évité la crise diplomatique)

Notre petit groupe se met donc en route sur l’itinéraire prévu, direction Port Grimaud par le bord de mer. Cette fois pas de verglas, quelques éclaircies et des températures presque douces.

Les virages bien connus de cette belle route s’enchainent à un rythme régulier et prudent car il demeure quand même beaucoup de zones humides.

Petite halte à Port Fréjus pour un café chaud et bien sûr une bonne bière pour notre cher président, le tout gracieusement offert par Mumu pour fêter sa nouvelle bécane.

11h00, tous en selle pour être au restaurant dans le timing de Jean Marc, il sera respecté puisque nous passons à table au restaurant à 12h03 !

Nous n’avons pas réservé la daube comme initialement prévu, mais la carte s’annonce appétissante avec un choix varié de plats du jour, paëlla, choucroute, gigotin d’agneau et j’en passe.

Situé au bord de l’eau, nous sommes assaillis par des moustiques gros comme le petit doigt, sans doute des mutants, vu la saison et le froid.

C’est là que le choix varié va vite s’avérer avarié.

Jean Marc, Alain et ma Nath qui ont commandé une paëlla s’attaquent aux crevettes que l’excès de cuisson a rendues desséchées.
Le reste des ingrédients est à la même image et le riz à gout indéfinissable.

Ceux qui ont opté pour une choucroute semblent avoir plus de chance, nous demandons donc au serveur de remporter ses paëllas et de les remplacer par des choucroutes.

Surprise, plus de chou en cuisine, curieux puisque annoncé en plat du jour et que nous sommes les premiers clients qui en avons seulement commandé 3……

Une idée nous vient soudain, l’ardoise de l’entrée doit lister les plats de la semaine dernière, y a pas d’autres solutions !!

Loin de nous agacer toutes ces hypothèses nous entrainent dans un fou rire communicatif orchestré par Mumu et Nath.

Qu’à cela ne tienne, les paëllas seront remplacées par des gigotins à la fleur de thym…tintin comme se plait à dire le serveur.

Et là c’est pas franchement mieux. Ce gigotin tintin n’a de tintin que Milou et la dureté d’une cuisse de fox terrier bien nerveux.

En tous les cas, on a bien ri et ce n’était pas fini, quand la table voisine a commandé des paëllas…

Voilà les filles qui repartent de plus belle et nous avec elles.

A cet instant le serveur nous jette un regard en coin et annonce aux autres clients : « plus de paëlla ! »

Ouf, on pensait s’arrêter là quand nous entendons nos voisins de table commander des steaks de kangourou !!

De kangourou rou rou LOL

Et nous voilà repartis dans un délire de rires en pensant à l’état du fameux kangourou après son périple depuis l’Australie.

Kangourou qui au regard de la dureté de nos gigotins tintin, a dû servir de coach aux agneaux pour un entrainement de saute mouton !!

Kangourou, saut, agneaux, saute mouton…si y en a qui suivent plus je ne leur en veux pas, il fallait y être.

Bref, on a très mal bouffé, mais on a bien déliré !

Lors de la reco l’impression avait pourtant été bonne et la daube était bien passée.

Malheureusement aujourd’hui, notre restaurant tenait plus de « la cabane au fond du jardin » si chère à Laurent Géra dans son imitation de Francis Cabrel.

En parlant de Francis, une pensée pour notre CISSOU national qui a chuté en moto la veille et s’est cassé une guibole.
Même pour mal manger, c’est sûr il aurait préféré être de la partie.
Remets-toi vite Francis et reviens nous en pleine forme !

On fera l’impasse sur le dessert, juste un café et partons récupérer nos montures, je parle des motos évidemment.
En chemin nous sommes toujours en fou rires sur les suites non pas gastronomiques mais gastro tout court de ce fabuleux festin d’Amélie Poulin….mais qu’est ce que je raconte moi, ça y est c’est la choucroute qui doit faire effet !!!

Sur le parking se trouve un scooter tout pourri, déjà là d’ailleurs au même endroit lors de la reco, dans un état de délabrement avancé, une vrai chiotte quoi !
Je vous le donne en mille….immatriculé …WC 83, ça s’invente pas !

Re-poilade générale au point que j’en oublie mon bloque disque. La suite vous l’imaginez aisément, je passe la première et vlan !! une béhème sur le flanc UNE !

Heureusement pas de casse ni de bobo, les gars m’aident à la relever et nous voilà enfin repartis.

Finalement nous modifierons la fin de notre parcours et éviterons la route étroite et humide du col du Canadel pour tirer jusqu’à Borme les Mimosas. Cette portion est nickel, viroleuse et rapide.

Retour sur Grimaud puis Sainte Maxime pour attaquer le col du Bougnon. Là Jean Marc laisse passer le groupe pour une partie libre à moins que ce soit pour une pause gastrique ?

Le joyeux petit groupe se séparera au péage de Fréjus, retour par l’autoroute pour les uns, les adrets de l’Estérel pour les autres.

Encore une journée du Flying Crapot’s placée sous le double signe de la joie et de la bonne humeur et souvenez-vous, un bon rire vaut un bon steak, c’est ce qu’on dit et force est de constater qu’aujourd’hui on en a eu besoin.

Je vous dis à bientôt et V à tous

Manu

Publié dans Comptes rendus des sorties des Flying Crapot's.