Compte rendu sortie mensuelle – Week-end 1,2 & 3 mai 2015

Chers Crapot’s,

C’est d’humeur poétique que je viens vous conter le week-end du premier mai.
Poétique, car tout ce que j’ai vu et tout ce que j’ai vécu me laissent rêveuse…

Au rendez-vous de vendredi des trombines bien connues de nos week-ends, en somme des habitués : Nat et Manu, Mau, Yves, Valérie et Alain, Valérie C, Xababa, Jean-Marc et moi-même. Et puis des moins assidus, mais néanmoins très motivés comme Nadège, Nicole et Laurent, Nicolas, Dodo, Cathy et Eric, Johan (invité de Nadège) et Dudu, que nous laisserons au départ (car la Guzzi ne l’entend pas de cette oreille). C’est donc le cœur brisé à la vue de l’un d’entre nous rester sur place, mais vaillants tout de même, que nous partons pour un ‘’Crapot’s Weeks’’ sous un ciel bleu et ensoleillé.

Notre président, qui ouvre les routes avec ses itinéraires soigneusement décortiqués, choisis et sélectionnés depuis maintenant tant d’années, nous a concocté un road book qui en laissera plus d’un pantois.

Au programme : des centaines de virages, des courbes dignes d’un corps de femme, de l’asphalte qui restera accroché à nos pneus et, en complément, des routes d’une qualité incroyable, avec des vues de paysages époustouflants… des champs de coquelicots à perte du vue, des châteaux accrochés à des morceaux de village – je me demande par quel miracle ils tiennent encore… des senteurs de lilas qui embaument notre passage… des arbres d’une grandeur incroyable qui trônent dans les jardins… des lacs, des cascades, des rivières sous les ponts… du genêt qui pousse çà et là, et qui nous délecte aussi de sa merveilleuse odeur… sans oublier les champs remplis de brebis avec leurs agneaux, de juments avec leurs poulains, car la nature a suivi son cycle et mis en œuvre le merveilleux secret de la naissance.
Enfin ce n’est là que la partie plaisir sur nos montures d’acier… après, il y a aussi celui de l’humanité, la fratrie et l’amitié … J’y reviens après; si vous avez plaisir à me lire, restez avec moi…

Notre chef de route décide de changer son itinéraire car la pluie prévue par la météo est déjà à Digne.
Donc cap sur Draguignan, puis la Motte, puis Vidauban. Là, Eric nous offre le pot pour fêter la première balade de son amie Cathy. Alain P nous quitte; il nous a fait l’amitié de nous accompagner jusque là. Ensuite, vu que la météo se maintient, nous remontons sur Lorgues, afin de rejoindre Vinon sur Verdon. C’est au bord de l’eau, dans un petit coin tranquille où Jean-Marc et moi-même aimons nous arrêter, que nous partageons le repas car midi a sonné. Au menu, sandwichs et salades, mais surtout rires et blagues comme on aime çà. Notre ancien Crapot’s Cissou, nous fera la surprise de partager ce nouveau séjour. Un pêcheur à la mouche tente sa chance; les canards nous parlent dans leur langage amusant; l’eau coule et nous apaise pendant la digestion… à peine la sieste commencée dans cet endroit bucolique que l’appel du café se fait sentir. Après le nectar avalé, nous dirigeons nos roues vers Banon, Montbrun. Malheureusement, à Manosque, nous devons sortir les combinaisons de pluie car l’averse naissante s’est intensifiée. Après quelques gouttes éparses, c’est de façon ininterrompue et dense que l’eau du ciel tombe maintenant sur des Crapot’s déjà bien humides. Au bout de quelques kilomètres, nous faisons halte dans une auberge, à Brantes – un lieu totalement improvisé, le genre de souvenir qui fait partie de l’aventure. Maurice se verra ici délesté de 59.60 euros de boissons qu’il nous offre. Un moment inoubliable de fou rire où, malgré le froid qui nous a mordu les extrémités du corps, nous nous réchaufferons par la bonne ambiance qui règne. C’est aux côtés d’un Maurice encore tout tremblant d’avoir dû taper son code, que nous repartons et cette fois pour aller s’installer à Buis les Baronnies.
Nous y établissons nos quartiers pour deux jours. Après une bonne douche bien chaude, direction apéro ! Pendant le repas dans la salle, l’ambiance bat son plein, mise entre autre par Dodo et Nico qui sont déchaînés. Nous verrons même en mangeant une sorte de gros oursin apparaître par la fenêtre, comestible ou pas ?

Le lendemain matin les petits yeux de certains font deviner que la nuit a été courte. Qu’à cela ne tienne, il faut assumer car le programme est chargé.
La Goldwing de l’un de nos Crapot ‘s préféré s’avance : c’est notre Jean-Louis alias Bellino qui vient à notre rencontre avec son fils Sébastien en passager, pour nous conduire dans leur magnifique demeure qui se trouve dans la région.
Nous arrivons, accueillis par notre Dédette et sa famille. La fleuriste de Monteux sonne et apporte la composition florale offerte par toute la famille Crapot’s. Tout est préparé pour nous recevoir comme des rois. Que de travail ! Un repas gargantuesque avalé, nous remercions chaleureusement notre merveilleux couple et prenons congé. Car Jean-Marc veut encore nous faire manger de l’asphalte, pour notre plus grand plaisir. Le temps est sublime ! la grande idée : le Mont Ventoux … déjà fait oui, mais certains d’entre nous ne le connaissent pas, et pour ceux qui y ont déjà goûté … et bien c’est un immense plaisir d’y retourner.
Le col est fermé ! Mais pas découragés les Crapot’s ! Nous buvons un café au chalet avec une vue à couper le souffle. Une mer de nuage a envahi la vallée. Une randonnée de chevaux (eh oui, Nat) passe au travers de ces magnifiques montagnes d’une couleur verte malachite. Nous remercions Johan qui nous a offert ce pot de l’amitié. Toujours pas découragés, les Crapot’s contournent le Mont Ventoux par la face sud, en passant par Bédouin. Comme à l’accoutumé l’endroit mythique est recouvert d’un épais brouillard et il fait froid. Alors, après le passage obligatoire de la photo de groupe, nous redescendons. Et l’après midi se terminera sur les routes de Sault, puis Mollans sur Ouvéze. Petite halte au milieu des gorges. Des champs de lavande à perte de vue; des vignes qui commencent à peine à bourgeonner, avant de donner le plus grand des vins de notre pays, sans conteste le meilleur dans cette catégorie. Nous regagnons Buis les Baronnies, et décidons de prendre l’apéritif dans un bar du centre… merci cette fois à Manu, Cissou et Xababa. Une fois rentrés et la douche prise, à nouveau les Crapot’s mettront une chaude ambiance dans le restaurant. Puis avec le regain de température, nous prenons un café et digestif dehors en nous remémorant des tas d’anecdotes très drôles. Une bonne nuit de sommeil nous guette car demain de la route nous attend : nous devons rentrer dans nos Alpes Maritimes.

Le matin, le ciel est chargé mais nous ne sentons pas la pluie venir. Nous prenons le petit déjeuner et réglons notre séjour. Nos chères montures adorées portent les stigmates des nombreux kilomètres déjà effectués. En rentrant, un bon lavage s’imposera. Nous mettons le cap sur le Colorado provençal. Les routes pittoresques par lesquelles nous emmène Jean-Marc, nous ravissent les yeux. Le rythme est agréable.
Arrivée sur site, Daniel notre guide, un personnage haut en couleur comme le site lui-même, se présente,. Il est accompagné de son épouse Colette. Ce charmant couple, passionné avec un grand P, nous narrera l’histoire de l’Ocre avec un amour inconditionnel de cette terre si particulière. Les nuages ont maintenant laissé place à un magnifique soleil qui nous accompagnera tout au long de la visite, et teintera les montagnes d’une couleur incroyable, dévoilant à nouveau à une nature sans nulle doute la plus belle de toute. Les photos de Xababa témoignent de son talent, ainsi que de mes dires. La visite se déroule comme à l’école : dans une ambiance studieuse pour certains, une récréation pour d’autres, et l’attente du repas de la cantine pour beaucoup ! En effet Daniel, qui veut tellement nous apporter son savoir, en oublie l’heure alors qu’il est déjà midi et demi ! Ce monsieur serait-il parfaitement inconscient de ce qu’il fait. Nous remontons donc vers les petites confections artisanales mises en bouteille par un magnifique monsieur dont l’âge n’est plus à révéler. A nouveau, nous écoutons son histoire émouvante, lui achetons ses créations et remontons vers le groupe ayant suivi le président qui a déjà entamé son repas. Johan doit nous quitter. Merci à lui d’être venu nous apporter sa gentillesse et sa bonne humeur. Décidément c’est comme çà que l’on aime les nouveaux prétendants : sympathique, drôle, excellent pilote, humble et sans prise de tête.
Merci à Valérie et Alain pour nous avoir offert le café. Dédette et Bellino nous ont rejoints pour rentrer avec nous et c’est heureux et plein de gratitude pour leur accueil la veille que nous plaçons notre Goldwing au sein du convoi pour le retour vers nos pénates. Cissou Crapot’s de trois jours, mais Crapot’s pour toujours, nous quittera à Banon. Bonne route l’ami. Prends soin de toi et reviens vite.
Arrivés à Saint Vallier, c’est avec 800 kilomètres au compteur que nous levons nos verres ! Encore un ‘’Crapot’s Weeks’’ qui restera inscrit dans nos mémoires, mais aussi dans les archives du nouveau site entièrement refondu par notre webmaster Nico, si attaché au plateau de fruits de mer. Quel talent ! Merci !

Voici donc une petite idée de ce que nous avons vécu. Bien sûr, je ne peux décrire la force des sentiments par lesquels nous sommes passés; çà il faut le vivre. Je ne peux que vous en dire les plus grandes lignes dans ce compte-rendu.

Je suis particulièrement fière de mes amies et collègues motardes : Val et Ti chou. Bravo les filles pour votre pilotage.

Merci à vous tous les amis. Sans vous et votre engouement, il n’y aurait pas ce genre de rendez-vous. Vous êtes de plus en plus nombreux à venir aux ‘’Crapot’s Projects’’ pour notre plus grand plaisir à tous et pour nos plus intenses souvenirs.

A bientôt

Amitiés

Mumu

Publié dans Comptes rendus des sorties des Flying Crapot's et marqué .