Voyage en Corse en 2013

Un grand projet avait muri dans l’esprit de notre président…

Le club avait déjà organisé des week-ends, mais jamais des vacances et un lointain périple…

Alors, le pari fut lancé et tenu…

Nous serons onze à vivre cette merveilleuse aventure : Nathalie et Manu, Valérie et Alain (et leur magnifique nouveau top case), Annick et Benoît, Xababa, Maurice, Alain D, Jean-Marc et moi même. Nous partirons à notre grand regret sans Nadine qui doit rester pour des raisons professionnelles.

Le rendez-vous est fixé sur la plage de la Spiaggia à Cagnes sur Mer pour un copieux petit déjeuner et déjà le soleil, qui ne nous quittera jamais (enfin presque vous le verrez…), nous caresse les visages déjà détendus à l’idée de quitter le continent pour cette île splendide et mystérieuse qu’est la Corse.

Le drapeau hissé sur son support du trail du président, celui-ci nous emmène prendre notre Ferry, qui doit lever l’ancre à 11h45. Sur le bateau, nous nous installerons au bord de la piscine et discuterons, mangerons et préparerons un peu plus nos itinéraires pour les jours à venir.

Cinq heures plus tard, nous récupérons nos machines et partons en direction de notre camp de base : Olmuccio. La route est droite jusqu’à Solenzara, et nous terminerons avec quelques petits virages pour nous réveiller, avant d’arriver pour prendre possession de nos villas et passer à table. Le premier apéro est dignement bu et le repas avalé car la fatigue est bien là et demain les aiguilles de Bavella nous ouvrent leurs bras.

Le réveil est ultra matinal, 5h30, pour un lever de soleil à couper le souffle. Eh oui ! vue mer sur notre terrasse ! Nous nous donnons rendez-vous devant les motos et partons prendre le petit déjeuner au restaurant. La charcuterie Corse, le jus d’orange frais, les viennoiseries, confiture et autres fromages, attendent d’être avalés. Mission réussie dans une super ambiance. Les quenottes lavées, nous enfourchons les motos et en route pour la première aventure.

Nous nous délectons d’un café sur le port de Solenzara. Les valises et top case regorgent de mets locaux, et ceux qui contiennent la charcuterie dégagent une belle odeur pour les amateurs.

Direction le col pour le pique-nique. Sur la route du monde, beaucoup de monde, avec des cornes et des grandes oreilles, photos à l’appui, vaches, taureau et cochons sauvages.

Ce sera devant une vue dont seule cette île a le secret que nous mangerons avec de grands silences, entrecoupés de fous rires, qui en disent long sur un tel panorama.

Redescente sur Sartène, puis visite de la vieille ville, achat de souvenirs, sur les conseils de Benoît et Annick. Puis retour aux villas en passant par la magnifique nationale 196 qui borde la côte et nous oblige à faire des arrêts photographiques très souvent.

Le deuxième jour, le réveil est programmé à 5h30 car, la veille, Nathalie nous propose une animation : lever du soleil collectif, avec café sur la plage. L’idée plaît à tout le monde, sauf au soleil lui même qui ne viendra pas… Timide, il restera caché derrière des petits nuages, mais rien de bien méchant.

Qu’à cela ne tienne. Le café bu, nous entamons une belle promenade, les pieds dans le sable, et faisons des clichés super sympas qui deviendront de mémorables souvenirs d’amitié.

Nous partons en direction de Bonifacio pour prendre le bateau qui fait le tour des calanques et des falaises. Le temps est un peu couvert mais nos anges protecteurs chasseront les nuages pour nous offrir un bleu magnifique qui rendra la couleur de l’eau émeraude. Le petit train nous montera jusqu’au sommet de la vieille ville et nous mangerons chez « Sam » avec une vue époustouflante sur la Sardaigne.

Petits achats souvenirs (et oui J.M, il y a encore des CD de chants corses que je ne possède pas :-). Nous regagnons les motos et changeons de vêtements. Nous passons du mode touristes en mode motards pour nous rendre sur la route des plages. Nous verrons celles de Palombaggia, Santa Julia, mais ce sera sur celle de Rondinara que nous poserons les valises pour nous baigner dans une eau non plus émeraude mais turquoise.

Hélas l’heure tourne, il est 18 zéro zéro et il faut aller chercher l’apéro et allumer le barbecue pour le repas de ce soir. Nous nous donnons donc rendez-vous dans la villa de Nat, Manu, Val et Alain après une douche bien méritée.

L’ambiance est aux blagues et aux anecdotes de nos vies respectives.

La soirée se terminera le lendemain matin et, pour les plus courageux, la nuit sera courte car un autre lever de soleil nous attend.

Lorsque je me lève et que j’enfile à nouveau le pantalon de moto, je ne me doute pas un seul instant qu’après avoir vécu tant de bons et beaux moments, cette journée sera de loin l’apothéose, le summum, la cerise sur le gâteau.

Benoît prend en charge le convoi et nous emmène jusqu’au col de Sorba en passant par Ghisoni. Nous hésitons encore à répondre à cette question : qu’est ce qui fut le plus beau ? Les paysages à nous mettre la larme à l’œil ou la qualité du bitume neuf que Benoît découvre aussi, car il a déjà parcouru cette route alors qu’elle n’était encore qu’une piste. Petit arrêt désaltérant à Venaco. Commencera ensuite l’ascension de la vallée de la Restonica… Un des plus beaux trésors que renferme le coffre fort corse. Notre guide décide de s’arrêter au bord de la rivière pour le repas de midi. La nature nous offre un tronc pour chaise, un plus gros pour table, un rayon de soleil pour nous chauffer et une douce musique avec sa rivière. Quant à nous les filles, qui assurons comme des chefs en organisation depuis le début, nous ouvrons les boîtes plastiques qui regorgent de tomates provençales, poivrons grillés, brochettes, merguez et chipo, tout ceci cuit la veille au barbecue. Ce super moment passé, nous nous reposons sur des rochers au milieu de l’eau. Puis nous montons les derniers quatre kilomètres qui restent jusqu’au refuge et buvons un café à la bergerie typique avec vue sur une splendide cascade.

Nous redescendons à Santa Lucia pour finir les achats à rapporter sur le

Après la douche et le repas, Jean-Marc et moi même sommes conviés pour une surprise!

A la terrasse des deux couples que nous avons eu l’habitude d’investir, nous est servi de bonnes bouteilles de vin Corse en guise de remerciement pour l’organisation de ce séjour. Nous leur rappelons, extrêmement touchés par cette si gentille et délicate attention, que sans eux et leur amitié nous ne serions pas aussi motivés et enclin à vouloir leur faire plaisir, et que c’est tout naturellement que les idées nous viennent pour ce genre de projet. D’ailleurs nous parlerons des autres futurs qui arrivent à grands pas derrière celui-ci.

Le lendemain après l’ultime petit déjeuner, les valises bouclées (fermées avec plus ou moins de tact et d’énergie), nous faisons nos adieux à Philippe, propriétaire et maintenant ami qui nous a extrêmement bien reçus. La route se fera sans encombre et après une pause café, achat de sandwichs pour le bateau à Moriani, nous arrivons à Bastia et embarquons de suite. Le retour est plus calme que l’arrivée. Sans doute la fatigue et la mémorisation de ce que nous venons de vivre aura raison de nous. Les filles ont investi les sièges sur le pont, alors que les pilotes garent leurs engins dans la cale. Cela nous permettra d’être bien à l’aise pour le pique-nique et après, belle sieste au soleil sur les transats. Lorsque nous voyons la terre du continent surgir, nous avons un pincement au cœur. La Corse, c’est terminé. Elle est à présent derrière. Il faut rentrer et retourner travailler…

J’ai voyagé dans ma vie et vu des endroits extraordinaires mais celui-ci, je vous promets, est un des plus beaux qui m’a été donné de découvrir … La Corse : ce sont des panoramas somptueux, des vues imprenables, des couleurs incroyables, des odeurs délectables, une gastronomie dont on ne peut rester insatiable, des insulaires passionnants et passionnés, intarissables sur leur île…

Vous l’aurez compris, on ne peut rester indifférents à la Corse…

A bientôt pour de nouvelles aventures.

Votre bien dévouée Mumu

Publié dans Comptes rendus des sorties des Flying Crapot's.